La perte de poids quand on souffre du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

7

Vous l'avez remarqué, mon dernier article date de janvier 2017. Voilà 7 mois que je suis absente du blog et des réseaux sociaux. J'aime toujours bloguer mais je manque cruellement de temps. Aujourd'hui je profite de mes vacances pour rattraper mon retard. J'ai tellement de choses à partager avec vous sur le blog sur divers sujets comme l'acné, les cheveux et surtout le poids

Le poids, parlons-en ! En 6 mois de rééquilibrage alimentaire, je n'ai perdu que 4,8 kg. Pour certains cela n'est pas grand chose mais pour moi c'est une grande victoire. 


Comme vous le savez - si vous avez lu le précédent article sur mon poids - depuis septembre 2012 j'ai pris une quarantaine de kilos
Durant des mois et des mois, je m'en voulais de mettre laisser aller à ce point. Prendre 40 kg ce n'est pas anodin ! Je culpabilisais !!! Suite à mon rendez-vous chez une endocrinologue, j'ai compris pourquoi j'avais pris autant de poids. Ce n'était pas ma faute. Je souffre du syndrome de Stein-Leventhal plus communément nommé le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Qu'est ce que c'est ?!! Le SPOK est causé par un déséquilibre hormonal qui se traduit par un ensemble de symptômes ayant des effets considérables sur l'état de santé et le mode de vie de la femme. Tous les soucis de santé que j'ai depuis 6 ans ont enfin une réponse : le syndrome des ovaires polykystiques

Les symptômes les plus courants sont :
- l'acné,
- des menstruations irrégulières,
- l'obésité,
- une résistance à l'insuline,
- une coloration anormale de la peau (dit Acanthosis nigricans),
- une difficulté à concevoir,
- une pilosité excessive. 
J'ai les cinq premiers symptômes depuis 6 ans. Maintenant je sais pourquoi j'ai de l'acné adulte, pourquoi mes règles sont très irrégulières et pourquoi j'ai pris une quarantaine de kilos

Il faut savoir que 50% des femmes ayant ce syndrome sont obèses. Cela est dû au dérèglement hormonal et à la résistance à l'insuline ( = stockage des graisses + prise de poids importante). Mon corps produit trop d'insuline et stocke énormément. Il devient alors très difficile de perdre du poids.
P.S. Le SOPK touche 15% des femmes en âge de se reproduire, certes une grande majorité sont en situation d'obésité ou en surpoids, mais les femmes ayant un imc normal peuvent également souffrir du syndrome ]

Il n'existe pas de traitements contre le syndrome. Il faut traiter chaque symptôme séparément. Pour mon acné, je suis suivie par une dermatologue et j'arrive au bout de mon traitement. En 6 ans je suis passée d'une acné modérée à une acné très très légère. Je vous ferais un topo dans un autre article. 
Pour les menstruations irrégulières, je suis obligée de prendre tous les mois du Duphaston pour déclencher mes règles. Et pour sortir de l'obésité, la solution est simple : une alimentation saine et la pratique d'une activité sportive. Perdre du poids quand on souffre du SOPK permet d'atténuer les symptômes notamment la résistance à l'insuline
Cependant il est très difficile de perdre du poids quand votre corps produit trop d'insuline. Pendant 3 mois j'ai pris de la Metformine, c'est un médicament qu'on donne aux personnes diabétiques de type 2. Il permet de diminuer l'insulino-résistance. Cependant mon corps n'a pas supporté le traitement donc j'ai dû l'arrêter. 

Aujourd'hui j'essaye d'éviter au maximum les aliments à index glycémique haut. Ce n'est pas facile tous les jours, surtout quand je vois que je perds du poids très lentement. Après 6 mois de rééquilibrage alimentaire, je n'ai perdu que 4,8 kg

Néanmoins ceci est une grande victoire car c'est 4,8 kg de gras. Depuis le début de ma perte de poids, j'ai gagné en masse musculaire et baissé en masse graisseuse. Je n'ai pas pris de poids alors que depuis 6 ans, je ne faisais que prendre du gras surtout au niveau du haut du corps. Je continue le sport. Je vais à la piscine deux fois par semaine. 
La perte de poids sera lente, mais je reste motivée car il le faut. Pour retrouver une meilleure santé, il est important de prendre soin de soi et de ne pas se décourager

Ce témoignage a pour but d'aider un maximum de personnes qui se trouvent dans la même situation. Pendant 6 ans j'ai souffert, je ne comprenais pas pourquoi je prenais du poids, pourquoi j'étais tout le temps fatiguée ... Maintenant je sais, j'arrête de culpabiliser et je me donne les moyens de retrouver une bonne condition physique dans les meilleures conditions possibles


Si vous êtes dans le même cas, n'hésitez pas à partager votre expérience en commentaire. 
Bises 

7 commentaires

  1. Bonjour Olivia, je n'ai pas ce syndrome (pas à ma connaissance), mais ça me fait plaisir d'avoir de tes nouvelles, et te lire à nouveau ! Bon courage pour la suite, la perte de poids ce n'est pas facile du tout, et avec ton problème de santé, encore moins. Je désespère moi-même alors que j'ai changé beaucoup d'habitudes alimentaires et qu'à côté mon conjoint a perdu 30kg avec (beaucoup) moins d'efforts ! Je me dis que la seule solution sera le sport, mais comme tu as pu le suivre sur mon blog, j'ai eu des tendinites pendant mon traitement Roaccutane et elles ne sont pas encore parties. Bonne journée à toi <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, merci Miss pour ton commentaire. Contente de te lire également. En effet perdre du poids est très compliqué, mais ne te démotive pas. Mon diététicien me répète souvent, il vaut mieux une perte de poids lente mais durable, que rapide et éphémère.
      Les tendinites ce n'est pas la joie, et si tu vas à la piscine, c'est douloureux également ?
      Bises et bonne semaine.

      Supprimer
  2. Coucou !

    Ça fait plaisir d'avoir à nouveau de tes nouvelles :) Depuis peut-être deux ans, je me pose des questions quant à ce syndrome, cumulant beaucoup de symptômes :/ Mais comme je suis très peu à l'aise avec les prises de sang et encore moins avec les examens gynécologiques, j'ai toujours préféré nier un peu le soucis ! Ce qui est certain c'est qu'il y a un truc qui cloche avec mes hormones. J'ai également très très peur d'apprendre une stérilité, rien que d'y penser j'en ai les larmes aux yeux. Je suis allée voir mon médecin pour lui parler seulement de mes cycles anormaux, il m'a dit que tant que je voulais pas d'enfants on n'avait pas à s'en soucier ! Mais d'ailleurs, comment savoir si notre corps résiste à l'insuline ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Miss et contente de te lire :D

      C'est une endocrinologue qui m'a diagnostiqué. Mon gynécologue n'a rien fait, ça fait des années que je lui décris mes symptômes et à chaque fois j'avais droit à la même réponse "Vous êtes jeune, c'est normal d'avoir des cycles irréguliers et pour la douleur prenez de l'ibuprofène !".
      Pour éviter mes cycles irréguliers, le gynéco m'a mis sous pilule la Cérazette, une pilule continue (tu n'as jamais tes règles).

      Mon médecin traitant m'a conseillé d'aller voir une endocrinologue, car il ne trouvait pas normal que je prenne autant de poids, il m'a dit que je devais avoir un dérèglement hormonal.

      Je suis allée voir une endocrinologue spécialisé en diabétologie et en nutrition, après des analyses de sang ainsi qu'une échographie pelvienne, elle a vu que je souffrais du SOPK. Elle m'a conseillé d'arrêter la pilule qui stimulait le phénomène polykystique.

      L'endocrinologue est un spécialiste des hormones donc je te conseille de prendre rendez-vous le plus rapidement possible. Il vaut mieux être prise en charge maintenant. Concernant la stérilité, je ne sais pas si j'en souffre. J'ai rendez-vous avec un nouveau gynécologue pour faire de nouveaux examens. J'ai peur mais je préfère être sûre maintenant que plus tard quand j'essaierais d'avoir des enfants.

      Pour ce qui est de l'insulino-résistance, il n'y a que les analyses de sang qui le montrent. Dans mon cas, ces 6 dernières années, mon taux de glycémie n'arrêtait pas d'augmenter, actuellement il est à la limite du stade "pré-diabétique" donc je dois faire très attention ! Je dois manger équilibré, faire du sport et perdre du poids pour ne pas devenir diabétique de type 2. De plus ma peau était très terne : gris à certains moments, ce qui est un signe que le corps résiste à l'insuline.

      Va-voir un endocrinologue, comme ça tu seras fixée et tu seras prise en charge.

      Bises et courage, tiens moi au courant.

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour ta réponse très complète ! Ton partage d'expérience me fait vraiment du bien, je me sens un peu moins bloquée et stressée. Le discours de ton gynéco est aussi celui de mon médecin, du coup je doute qu'il me fasse une ordonnance pour aller voir un endocrinologue et ça me gêne toujours un peu de pousser... Mais il vaut mieux que ce soit pris à temps !

      Pour ce qui est de la stérilité, effectivement, mes proches me disent aussi qu'il vaudrait mieux le savoir maintenant, et c'est sûrement une décision plus sage pour peut-être débuter des procédures plus rapidement en cas de volonté d'enfanter mais ça me déchire vraiment le cœur d'avance... Je préfère presque me voiler la face encore un moment. Je croise les doigts pour toi en tout cas !

      Donc je n'échapperai pas à des analyses de sang ahah ! Surtout que ça a l'air vraiment sérieux comme affaire :/
      Encore un très très grand merci pour toutes ces informations ♥

      Supprimer
  3. Je dois admettre que je suis contente de te lire à nouveau ! Cela faisait une éternité !
    Il n'y a pas de petites victoires concernant le poids et avoir perdu presque 5 kilos c'est un bon début.
    Personnellement j'essaie de perdre aussi (pour d'autres raisons) mais ce n'est pas facile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour cet adorable message, c'est gentil et ça me motive encore plus pour publier de nouveaux articles.
      Tu as raison il n'y a pas de petites victoires.
      Je te souhaite du courage pour atteindre ton objectif poids. Bises

      Supprimer

INSTAGRAM

© Game of Beauty | Design par MangoBlogs | Mentions Légales